“La parole engendre, elle ne fait pas qu’orner ou accompagner l’existence…”

Hubert Aquin

… Mais qui choisir pour cette parole ?

 

Métiers d’accompagnements : comment choisir ?

 

« Je viens vous voir, mais je ne sais pas si j’ai besoin d’un coach ou d’autre chose (sic) ».

C’est par cette phrase que nos clients viennent parfois nous  trouver. S’il existe effectivement plusieurs formes d’accompagnements, il nous faut bien souvent faire preuve de pédagogie pour expliquer ce qui diffère entre métier de coach, consultant, formateur, thérapeute… Tous sont effectivement différents et chaque métier possède son propre mode opératoire, ces codes, ces tarifs et sa déontologie.

Cet article a pour objectif de vous donner quelques pistes de réflexion, quelques conseils et surtout quelques actions à entreprendre pour vous permettre de faire le bon choix. Il s’agit évidemment de notre approche et de nos convictions basées sur notre expérience et notre pratique.

  • Le point de départ : Quelles que soient les raisons motivant l’accompagnement, il y a une décision de consulter un professionnel face à une situation pour laquelle nous ressentons un besoin d’aide. A partir de cet instant, on peut se trouver dérouté devant le panel qui s’ouvre à nous. Vais-je aller voir un coach ? Un formateur ? Lequel ? Finalement de quoi ai-je besoin ? Toutes ces questions peuvent bien rester sans réponse et nous pousser à renoncer à se faire aider.

 

  • Les principaux métiers : Il y a en a d’autres évidemment, mais ces quatre grandes activités peuvent représenter les types d’accompagnements existants.
    • Thérapeute : à partir de la situation, le thérapeute va aider son client à soigner une blessure. Pour cela, le client (ou plutôt patient) va explorer son passé avec le cadre offert par le thérapeute pour identifier les blessures et en retrouver la signification. C’est avant tout donner du sens à une douleur dont l’origine est passée, souvent dans l’enfance.
    • Conseil : le consultant est un professionnel de la situation. Il est doté d’expériences et de savoir-faire qu’il met au service de son client dans un cadre donné par le client. Il mobilise sa force de travail à travers une feuille de route, de mission. Son mode de travail est d’intervenir.
    • Formateur : le formateur dispose de moyens et de techniques pour transmettre un savoir au client qui en exprime le besoin. Il est en relation avec le client pour définir le cadre de la formation et son contenu. Il dispense une formation dont l’objectif est de délivrer des connaissances ou des pratiques de manière pédagogique.
    • Coach : le coach intervient sur une demande de transformation exprimée par son client. Il utilise des techniques et des savoir-faire mixant plusieurs disciplines et son principal talent est de conduire le client vers la transformation désirée (et pas nécessairement celle exprimée de prime abord).

 

  • Les territoires d’interventions : On peut distinguer deux axes. Un axe contenu/contenant et un axe du temps. Schématiquement, la répartition pourrait se faire comme suit :

La formation et le conseil portent tous deux sur le contenu dans le sens où il s’agit d’un apport extérieur, un partage d’expertise ou de connaissances sur un sujet donné.

La thérapie et le coaching eux sont centrés sur le sujet. C’est le client qui apporte le contenu ; le professionnel va lui travailler sur le cadre (contenant) il est responsable du processus à mettre en place pour permettre la mise en mouvement. Le thérapeute va accompagner la personne à

Aussi, formation et conseil commencent à partir du moment où ils sont invoqués. Le coaching et la thérapie eux vont chercher loin dans le passé pour la thérapie, et se prolonge loin dans le futur pour le coaching.

  • Les approches mixées : les cloisons pouvant être fines entre les différents domaines, il n’est pas rare de passer d’un type à un autre. Voire même d’utiliser les mêmes outils mais avec des perspectives différentes. Car c’est avant et surtout l’intention du professionnel qui va orienter telle ou telle pratique dans un domaine ou un autre. Il n’est ainsi pas rare que le professionnel soit en capacité d’intervenir sur des champs d’action de plusieurs de ces domaines. Coach-formateur, coach-thérapeute, etc… sont avant tout des couplages de compétences qui selon l’un ou l’autre vont s’appuyer sur des intentions différentes.
  • Comment choisir maintenant ? C’est une question à laquelle il n’existe évidemment pas de réponse simple puisque toutes les demandes peuvent se traiter selon un de ces 4 axes. Quelques idées peuvent toutefois être avancées.
    • S’il s’agit d’une souffrance profonde ressentie, le mieux est de commencer par un thérapeute qui vous orientera le cas échéant.
    • Dans le souhait d’une transformation, le coaching sera à privilégier. Toutefois, même si la transformation peut être douloureuse, cela ne signifie pas forcément qu’il soit nécessaire de voir un thérapeute.
    • Formation et conseil sont plus évidents à distinguer. Formation pour un savoir à recevoir, Conseil pour une mission à accomplir.

D’une manière générale, entre coaching et thérapie, la différence réside probablement dans la réponse à la question suivante : « J’ai un problème lourd à gérer »

En thérapie vous explorerez le « pourquoi je souffre », en coaching le « comment j’avance ».

Nous espérons que cet article vous permettra d’y voir plus clair dans l’accompagnement qui peut parfois s’apparenter à une nébuleuse. Vous l’avez vu, les modalités sont extrêmement variées, d’un individu à l’autre mais également d’une période à l’autre. Il n’y a évidemment par essence pas d’accompagnement idéal, la bonne nouvelle est que vous pouvez changer lorsque vous sentez que vous avez besoin d’autre chose.

Et pour finir, une petite piste de réflexion que nous vous partageons : Maintenant que vous savez que pour avancer, le mieux c’est d’essayer, quand allez-vous le faire ?